Le petit-déjeuner

March 28, 2015  •  Laisser un commentaire

Quand je me suis réveillé ce matin, la fenêtre de la cuisine était ouverte. Pourtant, il faisait froid. Depuis quelques jours les températures avaient chuté. Il me semblait donc bien avoir fermée la fenêtre la veille au soir après le dîner. Nous avions ensuite regardé un film ensemble, Peter Pan. Je suis un grand fan de ce dessin animé qui m'a fait rêver de longues nuits pendant mon enfance. Il y a encore peu, j'étais sous le syndrome Peter Pan comme qui dirait, mais j'ai décidé de vivre et de grandir. Il paraît qu'en devenant adulte, on perd de cette innocence qui rend la vie si belle. Zidane avait fait la moue quand je leur avait montré le film qu'on allait regarder. Il prétendait que c'était pour les petits, mais Indie était ravie. Elle aussi adore ce dessin-animé. On avait passé une bonne soirée. Mon grand, même s'il ne voulait pas l'admettre avait quand même eu les yeux qui brillaient alors qu'il regardait le film. Je les avaient bordés puis j'étais allé me coucher aussi. J'étais bien fatigué de ma semaine éprouvante.

Je suis allé dans leur chambre voir si ils dormaient mais leurs lit était vide. J'ai commencé à m'inquiéter. Je les ai cherchés dans l'appartement. Ils aiment bien se cacher et me faire peur, mais en voyant mon porte-feuille ouvert dans le salon, je me suis dit qu'ils avaient dû se réveiller avant moi et qu'ils étaient donc partis chercher le pain et les croissants.

Par conséquent, la faim me tiraillant, je me suis activé et j'ai commencé à préparer le petit-déjeuner. J'ai sorti les oranges, je me suis préparé mon thé. J'ai sorti les céréales pour Zidane, son bol de lait qu'il n'avait pas fini de la veille. Indie et son jus de pomme. Je leur avais acheté des bananes au supermarché. Ils grandissent bien plus vite que moi à leur âge. Ils ont besoin de vitamines avais-je pensé.

Alors que je me servais mon thé, je les ai entendus arriver. Leurs cris ne venaient pas du couloir, mais de dehors. Comme la fenêtre était ouverte cela ne m'a pas surpris, jusqu'au moment où tout dans la cuisine s'est mis en lévitation. J'ai failli tomber à la renverse quand je les ai vus ! Ils sont entrés dans la cuisine par la fenêtre, en volant. Zidane le gourmand essaya d'attraper une orange au vol tandis qu'Indie gérait son atterrissage sur la table. Ils avaient pris la poudre d'escampette tôt ce matin pour aller acheter le pain et les croissants.

Ah que c'est bon d'avoir des enfants! On n'est jamais au bout de nos surprises !

Le Petit-DéjeunerLe Petit-DéjeunerToutes mes photos sont disponibles à l'achat sur art majeur


Commentaires

Aucun commentaire publié.
Chargement...